Divin

La foi montre le chemin

UNIVERS

Badge Collection Divin

La foi et la religion sont profondément associées à notre représentation de la vie au Moyen-Âge, et ce, avec raisons. Dans l’espace d’un millénaire, nous avons vu l’expansion rapide de la Chrétienté à travers l’Europe, les conquêtes islamiques, l’émergence de l’Église catholique romaine et le développement de nombreuses institutions religieuses célèbres telles que les monastères, les ordres religieux, le clergé et les lois canoniques.

Les figures religieuses ont eu une empreinte majeure sur le monde médiéval, cumulant souvent les rôles de décideurs, d’érudits, de guides spirituels et de juristes. La distinction entre la foi et la réalité matérielle n’était pas aussi nette qu’elle peut le paraître aujourd’hui. Le divin jouait un rôle bien plus grand dans la société comme la vie quotidienne des habitants de cette période. De la philosophie au pouvoir politique, la religion était centrale au Moyen Âge, son influence dominant jusqu’à l’imaginaire en inspirant d'innombrables artistes avec les exploits des saints, les guides spirituels et les grandes légendes de leur foi.

Les institutions religieuses comme les universités, les monastères et les séminaires étaient les gardiens des savoirs anciens comme les refuges des intellectuels et penseurs du Moyen Âge. Le divin était intrinsèquement lié avec la quête du savoir, la compréhension les mystères de la création étant perçu comme une poursuite vertueuse et sacrée, tout partculièrement dans le monde musulman.

Toutefois, la foi pouvait également être la source de divisions sectaires, de persécutions religieuses ou même de larges conflits. Après tout, la foi était étroitement liée avec la politique, évêques et cardinaux étant bien souvent nés dans l’aristocratie et contrôlant des terres et des richesses rivalisant avec la noblesse. La superstition, l’isolation des communautés et le faible accès à l’éducation faisant également de l’Europe médiévale un terreau fertile pour les sectes et les cultes, le Moyen Âge ayant vu l’émergence de nombre de ces mouvements dans la paysannerie et les roturiers, souvent menés par des guides charismatiques aux idées radicales.

Les religions organisées, comme toute croyance spirituelle, présentent leur propre ensemble de mythes et de grands récits. Il existe un large éventail d’êtres mystiques, de créatures et de concepts qui tirent leurs origines des religions abrahamiques. Les anges, les saints, les prophètes, les textes sacrés, le peuple choisi, les âmes immortelles, le paradis et la peur de l’enfer et de ses démons, tous proviennent des croyances et pratiques de ces groupes religieux au fil des siècles.

Personnages

La fantaisie a été influencée profondément par cette idée d’une ère de la foi. Le divin est largement présent dans la plupart des mondes fictifs inspirés du Moyen âge. Il n’est pas surprenant de retrouver de nombreux archétypes religieux dans les jeux de rôle ou même des classes de personnages qui s’inspirent directement de sources historiques. En fait, la plupart des univers de jeu incluent plusieurs spiritualités inspirées de religions existantes ou qui reproduisent du moins des éléments classiques des religions organisées.

Beaucoup de personnages divins en GN sont en fait des membres d’une religion institutionnalisée. Ils sont plus que de simples priants, puisque leur foi est autant une occupation qu’un système de pensée. Par exemple, un prêtre est bien plus qu’un priant, puisque quiconque porte le manteau de la prêtrise est attendu de fournir une guidance spirituelle à sa communauté et les mener par la parole sacrée.

Un prêtre peut être un missionnaire en terre étrangère, un prêcheur inspiré, une conseillère patiente ou un fanatique zélé qui pousse ses fidèles vers de nouveaux extrêmes. Plusieurs balancent surement leur fonction avec des préoccupations politiques, des questions militaires ou un désir de justice pour leur peuple. Le message de la foi peut se montrer une puissante force pour le changement ou, au contraire, pour maintenir l’ordre établi.

Alternativement, les moines cherchent plutôt à manifester leur foi et leur piété à travers la pratique, leur croyance guidant leurs actions et requérant souvent d’eux qu’ils abandonnent des conforts et des plaisirs terrestres dans l’espoir d’atteindre un statut plus vertueux. Plus souvent qu’autrement, les moines poursuivent une route de perfectionnement, se dédiant à un métier, une poursuite intellectuelle ou aux prouesses martiales. Dans bien des cas, l’iconique fantastique du paladin, avec tous ses voeux et ses interdits, est une variance militante de ces moines combattants.

Qu’il s’agisse d’un joyeux moine brasseur, d’une nonne guérisseuse, d’un scribe patient, d’un moine guerrier, d’un pieu mendiant ou d’un chevalier saint en armure brillante, de nombreux archétypes monastiques peuvent trouver leur place en GN.

Cependant, le divin n’est pas toujours traduit par une religion ou un clergé. Dans les mondes fantastiques, le divin peut agir de façon plus directe et intense. Les anges et leurs progénitures arpentent le monde et des mortels peuvent être touchés directement par le pouvoir sacré. Ces personnages peuvent devenir des héros exaltés, des avatars divins, des visionnaires ou des prophètes cryptiques et dérangés. Ils possèdent peu des restrictions des personnages religieux plus classiques, mais peuvent facilement être persécutés comme des hérétiques ou des schismatiques qui s’opposent aux dogmes connus. De plus, leur proximité avec le terrible pouvoir du sacré peut facilement s’attaquer à leur corps et leur esprit.

Armures en métal

Découvrez la collection

Robes de prêtres et de clerc

Commandez dès maintenant

Costumes

Il est attendu des personnages religieux qu’ils se distinguent des masses par des vêtements particuliers, leurs costumes agissant à titre de marques de statut ou même d’uniformes pour leurs fonctions. Si vous voulez prendre inspiration de l’Histoire, il est facile d’adopter une bure ou des robes pour votre personnage de moine ou de prêtre en GN. Des robes monastiques peuvent aussi inclure un capuchon, lequel est utile pour préserver l’humilité et la modestie du fervent tout comme pour le protéger des éléments lors de pèlerinages ou de voyages de conversion. Des accessoires comme des pendentifs, des étoles, des chapeaux cléricaux ou des tomes sacrés et ornementés peuvent aussi être ajouté à un ensemble pour tout personnage divin. Ces détails sont particulièrement pertinents pour les prêtres et les autorités religieuses dont la richesse, le pouvoir et l’influence confère souvent un statut comparable à la noblesse.

N’hésitez pas à personnaliser vos accessoires et vêtements avec des symboles et des citations de vos textes sacrés. La subtilité est la dernière préoccupation des fervents les plus dévots.

En terme d’armement, les personnages divins ne sont pas forcément orientés vers le combat. Aussi, ils ont toutes les raisons de se tourner vers des armes d’autodéfense comme le bâton de pèlerin ou même un simple bâton de marche. Après tout, il leur est plus important d’avoir un bon sac en bandoulière pour transporter du matériel de guérisseur.

Dans le cas de ces personnages qui désirent se battre pour leur foi tels les paladins, les moines combattants et les prêtres de guerre, toute arme peut certainement faire l’affaire. Toutefois, les masses et les marteaux de guerre ont longtemps été associés avec la foi militante dans la culture fantastique. Choisir une arme contondante peut donc être une excellente façon de renforcer le thème d’un guerrier sacré. Si un personnage divin porte une armure, il optera généralement pour une armure de plaque dont le métal brillant inspire la pureté et la piété, une armure à l’image du mythique chevalier blanc.