Mercenaires & Guerriers

Parfois, lutter contre le mal n'est pas un choix, mais un impératif.

UNIVERS

Guerriers & Mercenaires, icône d'inspiration

Qu’est ce qui définit un guerrier? Suffit-il simplement d’aller à la guerre, ou s’agit-il plutôt d’une profession, d’un ensemble de talents, d’un état d’esprit?

La guerre a connu beaucoup de types de combattants au fil de l’histoire, en allant des troupes conscrites, des levées paysannes et des milices citoyennes, jusqu’aux soldats de métier et armées permanentes.

Cependant, même les troupes les mieux entraînées et les plus motivées ne sont généralement pas en train de chercher activement le conflit. Ils combattent quand le devoir les appels ou quand leur nation est menacée. Chercher activement le combat et se proposer pour des guerres étrangères, c’est l’affaire des mercenaires. Parmi tous les types de combattants, ce sont les seuls guerriers qui ne vivent pas seulement la guerre, mais vivent pour la guerre. S’il faut définir un guerrier, le mercenaire semble alors en être l’exemple le plus puissant.

L’histoire déborde de groupes mercenaires, qu’il s’agisse de petites bandes, de compagnies militaires, d’équipages corsaires ou d’armées privées. Les mercenaires existent depuis aussi loin que l’Antiquité sur les champs de bataille.

Toutefois, certains des exemples les plus célèbres proviennent surtout du Moyen âge et de la Renaissance, ces groupes historiques influençant beaucoup la façon dont les mercenaires sont encore présentés dans la fiction, la fantaisie et les grandeurs natures. Ils étaient les arbalétriers génois, les piquiers suisses, les routiers français, les condottieres italiens, les Varègues slaves et scandinaves, les gallowglass irlandais ou les lansquenets allemands.

Étonnamment, lors des périodes de grande instabilité ou de tension interne, les mercenaires étaient souvent considérés comme une alternative dispendieuse, mais beaucoup plus fiable que les soldats réguliers. En effet, les mercenaires étaient moins corruptibles, moins vulnérables à la désertion et moins à risque d’être mêlés à la politique locale. À titre de guerriers de profession, changer de camp ou trahir leur employeur causerait grand dommage à leur réputation et leurs contrats futurs, encourageant une grande loyauté tant et aussi longtemps que la paie était au rendez-vous.

Personnages

L’appel du mercenariat n’est peut-être pas aussi noble ou honorable que celui du soldat qui combat pour sa patrie ou du partisan qui défend sa communauté, mais il serait réducteur de présenter les mercenaires comme motivés uniquement par l’avarice ou la soif de violence. Historiquement, les mercenaires étaient bien souvent des vétérans ayant longtemps servi au sein d’une armée régulière, des gens qui avaient acquis une expertise et qui avaient trouvé qu’il était plus intéressant de continuer à l’employer plutôt que d’enterrer leurs armes. Pour beaucoup, devenir mercenaire semble plus simple que d’essayer de reconstruire sa vie à partir de rien, entouré par des civils qui ne partagent pas leur expérience de la guerre. Dans de tels cas, le mercenaire est en quelque sorte une figure tragique; entraîné à la violence, il ne peut pas facilement en échapper et ne connaît rien d’autre pour gagner sa vie.

Dans d’autres cas, la vie de mercenaire est une question de tradition, associée à une culture martiale forte qui valorise le rôle de guerrier et encourage ses membres à combattre et gagner en prestige sur les champs de bataille. Pour ces mercenaires, leur vie est une carrière socialement respectée et ils ne voient rien de déshonorable à se battre en échange de paiement. Après tout, les soldats des armées régulières sont généralement payés eux aussi, non? En quoi combattre pour une nation étrangère est-il si différent que de servir un monarque? Similairement, les mercenaires peuvent aussi être tout simplement des soldats réguliers qui ont été autorisés à louer leurs services par leur souverain, une façon d’enrichir le pays et de garder les troupes prêtes au combat, même en temps de paix. Ce genre de situation était historiquement très commune auprès de populations grandement militarisées, que ce soit par coutume ou par nécessité.

Finalement, les mercenaires étaient bien souvent des guerriers en exils, vaincus et ayant fui leur pays d’origine pour échapper à la capture ou aux exécutions. Ces soldats sans patrie sont souvent les perdants de guerres civiles ou dynastiques, et portent souvent encore avec eux la cause perdue pour laquelle ils ont combattu. Comme mercenaires, ils peuvent choisir leurs contrats et chercher à nuire à leurs anciens adversaires en aidant ennemis et nations rivales. Sinon, ils peuvent jouer de patience et lentement s’enrichir et grandir en force, jusqu’à ce que leur troupe mercenaire soit en position de retourner d’où ils viennent et de rallumer le flambeau de la guerre. Qu’il s’agisse de rebelles ou de loyalistes d’un ancien régime, ces mercenaires doivent faire des compromis entre leurs idéaux et la réalité immédiate de leur vie en exil, créant d’excellentes opportunités de jeu en grandeur nature.

Écrasez vos ennemis!

Masses et marteaux

Découvrez les masses et marteaux

Les Artisans d'Azure

LES FOURREAUX DU SERGENT

Découvrez les fourreaux renforcés

Costumes

En GN, un personnage de mercenaire va généralement apparaître comme un vétéran endurci dont l’équipement a survécu à plusieurs batailles. Son armure devrait être tout sauf brillante et bien polie, plutôt usée et pratique. Un mercenaire n’est pas un chevalier noble, il n’a pas d’écuyer pour l’aider à mettre son armure et il doit souvent faire des réparations sur le terrain, sans nécessairement avoir le meilleur équipement pour ce faire. Dans un contexte fantastique, cela signifie que les mercenaires, plutôt que d’être en armure de plaque uniforme et bien agencée, ont plutôt tendance à combiner des pièces de plusieurs styles parfois dépareillés. Ce style leur donne une apparence plus rustre et plus coriace, comme s’ils avaient remplacé les pièces brisées directement avec des morceaux trouvés sur le champ de bataille. Par exemple, un mercenaire pourrait porter un gambison avec un plastron de cuir, des bras de plaque et un camail pour protéger sa nuque et son cou. Une chose est sure, avoir des pièces d’armure est primordial; c’est ce qui distingue un mercenaire d’un simple milicien ou d’un brigand.

En ce qui concerne les accessoires, les mercenaires priorisent des objets utiles sur la route ou pour la vie de camp militaire. Une gourde, des ustensiles, un bon bol et une choppe sont tous importants à avoir pour se ressourcer sur la route, le tout placé dans un sac ou une bourse facile à transporter. Un foulard léger est souvent utilisé pour protéger le cou de l’abrasion des armures, sinon un bandeau pour absorber la sueur et éviter qu’elle coule dans les yeux. Des mercenaires peuvent aussi choisir de porter des bijoux et du butin précieux de façon à afficher aussi bien que protéger leur fortune en gardant leurs possessions de valeur proches et accessibles.

Pour ce qui est de leur armement, les mercenaires et guerriers s’équipent pour les champs de bataille. Il ne s’agit pas d’avoir une arme d’autodéfense, mais bien d’être prêt pour les rigueurs de la guerre. Cela signifie qu’une arme à une main ne devrait pas aller sans un bouclier pour l’accompagner, ou bien se limiter à un rôle d’arme secondaire. Les marteaux de guerre, les masses d’armes et les haches font d’excellents compagnons pour un bouclier, mais une épée demeure toujours un choix polyvalent. Toutefois, si le combat avec bouclier n’est pas votre tasse de thé, vous avez toujours la possibilité d’opter pour des armes longues comme des épées à deux mains ou des armes d’hast dont la portée additionnelle sera très appréciable. Les armes d’un mercenaire sont des outils de travail et en règle générale devraient présenter une finition minimaliste, sans fioriture.